La guérison des maladies virales pour lesquelles il n’existe pas de sérum antiviral spécifique dépend exclusivement de notre système immunitaire. Un organisme dont le système immunitaire est fort résiste mieux aux maladies : les symptômes seront plus légers, la guérison plus rapide, et les possibilités de contaminer ses proches seront moindres.

La meilleure manière de booster ses défenses immunitaires est d’avoir une alimentation saine, riche en fruits et légumes frais, d’aliments peu ou pas transformés, et le plus possible naturels.

Alors, à vos paniers, prêts… allons au marché ! Faites le plein de :

  1. Vitamines. Elles sont contenues dans les aliments à leur état frais et cru. La chaleur de la cuisson et la conservation trop longue les détériore, voir les élimine. Alors, vous prendrez soin de consommer les aliments crus, ou peu cuits (sauf si vous voulez vous essayer à croquer les haricots crus…). Vos alliés pour un système immunitaire performant sont :
  • la vitamine Aest contenue en général dans tous les fruits et les légumes de couleur orange : papaye, mangues, carottes, tomates, mais aussi la patate douce à chair orange ; en plus, le foie (de bœuf, de mouton, de porc…) est richissime en vitamine A hautement biodisponible (chez certaines ethnies africaines, le traitement traditionnel de la xérophtalmie ou cécité nocturne, causé par la carence de vitamine A, consiste à donner au malade un morceau de foie cru…) ;
  • la vitamine D: la meilleure manière pour faire le plein est d’exposer la peau au soleil (et ce n’est pas très difficile sous nos cieux !!) – ce qui veut dire la peau nue, non couverte de vêtements. Alors, mesdames et messieurs, les manches courtes, les débardeurs et le visage découvert sont vos alliés ! La vitamine D se trouve aussi dans certains aliments tels que le poisson (de mer et d’eau douce), le jaune d’œuf, l’huile végétale enrichie, le beurre et margarines enrichies ;
  • la vitamine C, booster par excellence du système immunitaire, est contenue dans les agrumes (oranges, citrons, pomélos…), les goyaves, le fruit du baobab, l’ananas, les fraises… mais aussi le chou (à manger cru : la salade de choux est délicieuse !) ;
  • la vitamine B6 (aussi appelée pyridoxine) est contenue dans le son des céréales (le tô du village est à revisiter !), le poulet, le rognon, le maquereau, mais aussi dans le chou ;
  • la vitamine B9 (ou acide folique) est contenu dans le foie (de bœuf, de mouton, de porc…), le jaune d’œuf, les feuilles vertes (épinards, amarante ou balamburu, feuilles d’aubergines ou koumvâdo, feuilles d’haricot ou bengvâdo, kinebdo…), les légumineuses (haricots blanc et rouge, lentilles, pois de terre ou sumoagha…) et le soja ;
  • la vitamine B12 (appelée aussi cobalamine) est contenue dans le foie et le rognon (de bœuf, de mouton, de porc…), le lait frais et ses dérivés (à nous aller avec le gâpal!), les maquereaux, la viande rouge.
  1. Minéraux. À différence des vitamines, ils sont stables et résistent à la cuisson normale ; par contre la friture dans l’huile très chaude ou la carbonisation peuvent les modifier ou faire disparaître. Voici ceux qui aident particulièrement votre système immunitaire :
  • le fer est contenu dans la viande rouge, le foie (de bœuf, de mouton, de porc…), le jaune d’œufs, les épinards, les feuilles de baobab (fraîches ou séchées) ;
  • le cuivre, qu’on retrouve dans le foie (encore lui !! Et oui, c’est un aliment riche de bienfaits…), le sésame, les arachides, les graines (acajou, noix diverses…) ;
  • le sélénium qui abonde dans le rognon et le foie, les céréales complètes (encore une fois le tô du village), les maquereaux frais ou les sardines en boîte ;
  • le zinc, contenu dans les avocats, le sésame, la viande rouge, les céréales complètes et les graines (acajou et noix diverses).

Maintenant que vous avez fait le marché, avant de passer à table, il y a quelques simples principes à retenir :

  1. Vous l’aurez déjà compris, la cuisson prolongée détruit les vitamines : il est erroné de dire qu’on a mangé des vitamines parce qu’on s’est gavés de sauce légumes ou de soupe de viande cuites pendant des heures. Il n’y a plus aucune vitamine là-dedans – mais il y a encore plein de substances bienfaisantes pour notre organisme, telles que les minéraux et les fibres. Vous pouvez donc bien-sûr continuer à consommer les délicieuses sauces qui accompagnent vos mets, mais n’oubliez pas vos crudités et vos fruits ;
  2. Pour bénéficier des bienfaits des aliments enrichis – tels que l’huile végétale enrichie en vitamine A et D – et des compléments alimentaires – tels que la spiruline – il faut les rajouter en fin de cuisson, sur le met partiellement refroidi ; sinon, comme vpôus le savez déjà, les vitamines seront détruites ;
  3. Plus un aliment est transformé, moins il contient des substances bénéfiques. Les aliments industriels (biscuits, conserves, viandes transformées, jus de fruits, sucreries…) ne contiennent aucune vitamine. Par contre, ils contiennent des additifs inutiles, voir nocifs. La meilleure chose à faire ? Réduire au maximum leur consommation !
  4. Ce dont votre organisme n’a pas besoin, et qui le fatigue inutilement, est le sucre additionné : les sucreries, jus naturels sucrés et bonbons ne doivent tout simplement pas rentrer dans votre bouche que très exceptionnellement !
  5. Variez les plaisirs ! La meilleure manière d’avoir une alimentation saine est de diversifier le contenu de votre assiette ;
  6. La plupart des substances bénéfiques se trouvent dans la peau de certaines fruits et légumes. N’enlevez donc pas la peau des pommes, des concombres, des mangues, des aubergines, des courgettes… Lavez-les bien, et croquez-les ! Bien-sûr, par contre, nous n’allons pas vous conseiller de manger les bananes, les lianes (wèda) et les fruits de baobab (toêdo) avec leur peau…

Bon appétit et… n’oubliez pas de nous inviter !!

Monica Rinaldi

18/03/2020